Loading...

Négociateurs avez-vous réellement du temps à perdre ? sur Actualité de Dominique Piredda

Avec notre partenaire mandataire-immo.fr nous vous proposons cet article. 


Comme je l’ai écrit précédemment dans l’article : négociateurs immobiliers vous n’êtes pas des voleurs entre les prises de mandats, les visites, le suivi vendeurs, le suivi acquéreurs… nos journées sont bien remplies.


Il me semble donc que nous devons éviter toute perte de temps et surtout toute perte d’énergie.


Évident me direz-vous ?


Pas tant que cela. Je vais vous raconter une anecdote vécue cette semaine :

J’ai assisté, comme toujours, à la signature du compromis en compagnie de mes vendeurs et de mes acquéreurs. Bien qu’habitué à signer dans cette grosse étude, il s’agissait pour moi de la première signature avec ce notaire.

Même si le socle reste le même, nous savons que chaque notaire aborde de manière différente la lecture de l’acte avant de le faire signer.


Vient donc le moment de la lecture des diagnostics immobiliers. Je remarque un certain embarras pour ne pas dire un doute profond de la part du notaire.


Ayant pris connaissance du dossier monté par son clerc quelques heures auparavant, il a pu constater que les diagnostics  sont catastrophiques, DPE en E-, électricité non conforme, présence de termites… et pour couronner le tout, absence de raccordement à l’eau de la ville, la villa est alimentée par un forage dont l’eau est déclarée non potable par le diagnostiqueur assainissement (fosse septique située à moins de 35 m du forage).


Je sens le ton du notaire grave, il insiste lourdement sur tous les points négatifs, interpellant du regard les acquéreurs à chaque paragraphe afin de s’assurer qu’ils comprennent bien ce qu’il dit.


Voyant le temps défiler et mon prochain rendez-vous se rapprocher, je décide de venir au secours de cet officier ministériel qui, au fur et à mesure de la lecture du rapport,  finit par se persuader qu’à réception de son recommandé, une rétractation semble inévitable et qu’il est par conséquent en train de perdre son temps.


J’interviens donc et le coupe dans sa lecture :

- « Cher Maître, je précise juste que M. et Mme XXXX  ont pris connaissance dans le détail de l’ensemble des diagnostics et sont au courant des anomalies ».

Avec soulagement, il se fait confirmer cette information par les acquéreurs.


Je rajoute :

- « Pour moi, il est inconcevable de venir en votre étude signer un compromis avec des acquéreurs qui n’auraient pas eu accès à ces documents. Je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps, ni celui de M. et Mme YYYY, vendeurs, pas plus que le mien  en signant un compromis qui aurait de grandes chances d’être dénoncé la semaine suivante…»

La lecture de la fin du rapport fut beaucoup plus fluide et synthétique ce qui permit de gagner du temps et pour moi d’être à l’heure à mon prochain rendez-vous.


Pourquoi cette anecdote me direz-vous ?

Eh bien parce qu’à mon grand étonnement, en nous raccompagnant, le notaire me remercia et me confia qu’il apprécierait que l’ensemble des professionnels fassent lire les diagnostics aux acquéreurs avant de venir s’asseoir dans son bureau ce qui éviterait certainement de nombreuses renonciations.


Conclusion :

Même si nous savons tous que plus nous écourtons le délai entre l’offre d’achat et la signature d’un compromis, plus nous augmentons nos chances de signature…


Même si rares sont les biens où nous possédons l’ensemble des diagnostics le jour où nous recevons une offre…

Fournissez les diagnostics à vos acquéreurs avant la signature du compromis ! Un mauvais rapport pourra être expliqué et défendu par vous-même. Le notaire lui se contentera de le lire et d’informer vos acquéreurs des risques et insistera sur les conséquences liées à toutes les anomalies relevées.


En règle générale, les acquéreurs n’apprécient pas d’être mis devant le fait accompli, ils ont l’impression qu’on leur a caché quelque chose. S’engager pour l’achat d’un bien est un acte important  et ils sont souvent « BORDER LINE » concernant cette décision. Un petit rien peut les faire changer d’avis. Dans le meilleur des cas, ils peuvent vouloir renégocier le prix de vente le jour de la signature mais dans les cas les plus fréquents ils signeront le compromis et  après une ou deux nuits d’insomnies le dénonceront.


Outre une grande déception, vous serez décrédibilisé aux yeux de vos vendeurs. Quant à votre notaire préféré, il deviendra difficile d’obtenir de lui des rendez-vous en urgence…


Source : mandataire-immo.fr


Partager

mur

Sélectionné
Nov 17 '14
L'exemple est intéressant....
Il m'inspire deux réflexions :
- j'insiste en effet auprès de mes mandataires et donc de leurs vendeurs de disposer le plus en amont possible des diagnostics. Il est très difficile actuellement de susciter des offres (voire même parfois des visites !) en l'absence des diagnostics. Donc pour reprendre le thème du billet, avoir les diagnostics nous fait gagner du temps et cela me semble essentiel.
- quand les diagnostics ne sont pas encore effectués ou pire non communiqués avant le compromis et qu'ils s'avèrent mauvais comme dans l'exemple, l'acquéreur le prendra inévitablement comme une manoeuvre pour en masquer la réelle teneur...il sera donc bien difficile de conclure donc en effet beaucoup de temps perdu !
L'exemple est intéressant....
Il m'inspire deux réflexions :
- j'insiste en effet auprès de mes mandataires et donc de leurs vendeurs de disposer le plus en amont possible des diagnostic...Plus
Vous devez vous connecter pour commenter

Article

Par Dominique Piredda
Ajouté Nov 7 '14

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)

Archives




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com