Loading...

Actualités des mandataires en immobilier et de leurs réseaux

Résultat de la recherche pour le tag : "autoentrepreneur"
Sélectionné
Emmanuel Macron est élu. 3 mesures qui vont concerner les indépendants.

Suppression du RSI :

Monsieur Macron a promis d’adosser le RSI au régime général, tout en gardant un guichet spécifique, afin d’assurer un traitement adéquat.

> Les exonérations et les réductions de cotisations des indépendants seront préservées
> Il sera possible de cotiser davantage pour profiter de la même couverture que les salariés

De plus, les indépendants pourront bénéficier du même logiciel, des mêmes simplicités de gestion, des mêmes délais que le régime général offre.

Ainsi, les indépendants pourront se concentrer sur leur métier, au lieu de dépenser du temps et de l’énergie sur un régime « souvent vécu comme un frein à l’activité ».

Assouplir le régime de la microentreprise (autoentrepreneur)

Mesures initiales avec un impact à long terme :
> Doubler les seuils de chiffre d’affaires (donc 66.200€/an)
> Exonérer les auto-entrepreneurs de toute charge pendant la 1ère année d’activité
> Baisser l’impôt sur les sociétés à la moyenne européenne, soit à 25% au lieu de 33,3% actuellement

Multiples bénéfices :
> Bénéficier du régime microfiscal et microsocial plus longtemps. Ainsi, éviter de basculer en travailleur indépendant classique ou changer de statut d’entreprise, trop rapidement
> Rendre le régime de l’autoentrepreneur plus attractif et promouvoir la création d’entreprises, par conséquence celle de l’emploi !

Reprendre la main sur l’assurance-chômage

L’Etat « nationalisera » l’assurance chômage, afin d’instaurer un système universel financé par l’impôt et ouvert à tous (entrepreneurs, agriculteurs, indépendants, professions libérales, …).

Les mesures :
> Suspendre les indemnités après le refus de deux offres « décentes » et dont le salaire n’est pas inférieur à 20-25 % à l’ancien poste occupé.
> Aider à la mobilité et à l’installation dans une autre ville, si rien ne correspond à ces critères dans la région de résidence
> Une formation de six mois à un an “aux métiers d’avenir »

Pour plus d'infos sur notre réseau qui a un véritable avantage compétitif avec sa clientele internationale en supplément de la cliente locale:
http://recrutement-immobilier.sextantfrance.fr

Article publié sur http://www.france24.com

Info-Mandataire soutien aussi les poussins !

 

Des auto-entrepreneurs, regroupés dans le collectif les "Poussins", s'opposent à un projet de réforme de leur statut. À l'instar du mouvement des "Pigeons" sur la fiscalité des entreprises, ils espèrent faire reculer le gouvernement.


Les "Poussins" seront-ils aussi efficaces que les "Pigeons", ce mouvement de chefs d'entreprises qui avait obtenu, en octobre 2012, grâce à une virulente campagne sur le Net, que le gouvernement édulcore son projet de réforme sur la fiscalité des entreprises ?

Cette fois, ce sont des auto-entrepreneurs qui ont mis en place un collectif d'e-volatiles pour s'opposer à un projet de réforme de leur statut. Ils sont opposés au principe d'une limitation dans le temps de leur régime juridique tel qu'il a été proposé par la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, le 23 mai. Cette dernière voudrait qu'après une période de un à cinq ans, l'auto-entrepreneur soit incité à créer une entreprise "plus classique", pérenne et créatrice d'emplois.

Une idée qui, depuis plusieurs jours, hérisse les plumes de l'Union des auto-entrepreneurs (UAE) et de la Fédération des auto-entrepreneurs (Fedae), autoproclamés "Poussins". Leur fronde a d'ores et déjà réussi à créer un flottement certain dans le discours gouvernemental.


Le bâtiment, seul secteur concerné ?

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a, ainsi, en partie désavoué sa ministre lors d'un déplacement en Ardèche vendredi 31 mai. Il a souligné que le nouveau régime serait limité dans le secteur du bâtiment, car les auto-entrepreneurs y feraient une concurrence "qui peut s'avérer inacceptable" aux artisans. Pour les autres, "il faut qu'ils soient rassurés, qu'ils soient sécurisés, c'est le message que j'annonce. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir", a-t-il affirmé.

Une mise au point qui n'a pas suffi à Sylvia Pinel. La ministre a en effet répété, dimanche, à l'agence de presse française AFP, que son projet ne s'appliquerait pas uniquement au bâtiment. Elle a cité d'autres exemples, comme la coiffure ou la "réparation automobile", en précisant que la liste n'était pas exhaustive.

Un nouveau différend au sein de l'équipe gouvernementale ? Pierre Moscovici, ministre de l'Économie, a tenté de siffler la fin des divergences, ce lundi, en assurant qu'il "n'y pas de cacophonie". Pour lui, "les arbitrages seront rendus par le Premier ministre dans la deuxième partie du mois de juin".






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor