Loading...

Actualités des mandataires en immobilier et de leurs réseaux

Résultat de la recherche pour le tag : "concurrence"
J'ai la chance de résider dans une région qui me permet de partir presque tous les week-ends d'hivers faire du ski. Mais, tous les professionnels de l'immobilier le savent, même en week-end ou vacances, il est très difficile de décrocher. Comment ne pas jeter un œil sur les panneaux à vendre, éviter les vitrines d'agences ou les programmes neufs ? 


Cette fois-ci, j'avais résisté, mais la profession est venue à moi... dans une boulangerie ! 

Sur le chemin de la station, je me suis arrêté pour acheter du pain et des quelques gourmandises à Sallanches. En plein choix cornélien (Éclair au caramel et beurre salé ou Mille feuilles praliné), j'attendais mon tour. En me rapprochant du comptoir, je vis une tablette sur laquelle plusieurs commerçants et artisans locaux avaient déposé une liasse de cartes de visite. Trois professionnels de l'immobilier proposaient leurs services, jusque-là rien d'extraordinaire. Sauf que... les trois professionnels étaient des mandataires immobiliers. Pas une seule agence parmi la trentaine de Sallanches, pas une seule agence parmi les dizaines d'agences de Megève, Combloux, des Saisies dont la quasi-intégralité des clients passent devant cette boulangerie. 


Prospecter et cultiver son relationnel, notamment avec des actions commerciales de proximité, est une des bases du métier. Les agents immobiliers, dont certains dirigeants de réseaux nous donnent des leçons en expliquant que seuls les agents immobiliers en agence sont de vrais professionnels, auraient-ils oublié cette base de leur métier ? 


Les stations de sports d'hiver offre un effet de loupe sur l'évolution de la profession, dans les années 90, les réseaux d'agences ont connu une croissance plus rapide dans ces stations que dans les zones urbaines, les réseaux de mandataires sont en train re-vivre ce phénomène. Ils y sont en effet de plus en plus présents et parfois même, plus présents que les agences, cela se ressent sur les sites d'annonces et en regardant les panneaux à vendre/Vendu. L'explication est simple, le contexte particulier de ces vallées fermées favorise le bouche-à-oreille et le développement de notoriétés locales. Les meilleurs négociateurs en agence constatent que leur succès est d'abord lié à eux et non pas au local commercial de leur agence, ils sont donc de plus en plus nombreux à reprendre leur liberté et rejoindre les réseaux de mandataires. Décidément 2015, se confirme comme un virage... Virage déjà pris dans nos montagnes ! 


A l'issue de cet agréable week-end, je me pose deux questions : 

- N'aurai-je pas du prendre le Mille feuilles praliné ? 

- Quels professionnels peuvent donner des leçons, ceux qui agissent aujourd'hui sur le terrain ou ceux qui agissaient il y a quelques années ? 


CG

Comme nous le constatons le marché de l’immobilier semble être plus difficile en ce moment qu’il y a quelques mois en arrière. C’est le moment de réfléchir à l’attitude à adopter.

Certains d’entre nous vont prochainement partir en vacances. J’ai donc choisi volontairement ce moment pour lancer cette réflexion.

Quoi de pire que de gâcher ses vacances à broyer du noir ?


Avec notre partenaire mandataire-immo.fr nous vous proposons cet article.


Je vous propose donc de réfléchir à ces quelques lignes et de revenir de vacances avec plein de bonnes résolutions, plein d’enthousiasme et de projets :


Les acquéreurs se raréfient, les vendeurs hésitent à nous confier leurs biens préférant garder nos honoraires pour leur propre compte..


- Et après.. ?


- Es-ce une raison pour rentrer en crise soi même ?


Crise d’angoisse, crise de panique, crise existentielle… laquelle préférons-nous ?


Aucune bien sur.


- Maîtrisons nos émotions, contrôlons notre anxiété, écartons les scénarios catastrophes, ne nous attardons pas sur ce qui n’arrivera certainement jamais, vivons le présent et tout se passera bien.


- Une des premières choses à faire est de nous éloigner des prédicateurs de mauvaises augures et des geignards perpétuels. Ils sont très facile à débusquer, ce sont les mêmes qui lorsque le marché allait bien se plaignaient des vendeurs et des acquéreurs difficiles, des trop nombreux concurrents, de l’incompétence de leur coach, de leur réseau, de leur directeur d’agence… En fait tout ce qui peut masquer leur propre manque de combativité ou plus grave encore, leur manque de compétence.


Ne pas leur en vouloir, seulement les éviter et les ignorer. Ceux qui sont récupérables reviendront naturellement vers nous, attirés par notre réussite. Ils comprendront que la réussite s’apprend aux cotés des gens positifs alors que l’échec est contagieux.


- La chose suivante à faire est de nous contrôler et de nous prendre en main de façon à retourner la situation en notre faveur. Souvenons-nous que vous avons la chance d’avoir un job que nous maîtrisons : améliorons le !


Soyons meilleurs et démarquons-nous de la concurrence !  C’est le bon moment pour prendre des parts de marché.


Comme dans toute épreuve sportive c’est au moment où nos adversaires sont affaiblis qu’il faut redoubler d’énergie et en profiter pour faire valoir la différence entre eux et nous. Passons à l’action, une telle occasion ne se représentera peut-être pas de si tôt…


Certes les clients sont plus rares mais la concurrence aussi , tout du moins est-elle beaucoup moins combative et moins performante.


Nous constatons qu’il y a pénurie d’acquéreurs en ce moment ?


alors mettons nous à la place de ceux qui sont malgré tout présents.


Avec qui vont-ils préférer traiter ?


Nous, qui leur prouverons notre professionnalisme, notre dynamisme et notre sincère envie de les aider et de les satisfaire  ?


ou


Nos concurrents qui leurs feront visiter des biens à reculons ?


Ces mêmes concurrents en proie à la crise et persuadés qu’en cette période aucun acquéreur n’achètera ?


Ceux là même qui auront hâte de retourner se plaindre et ne prendront pas la peine d’étudier précisément les critères de recherche de leurs clients ?


Qui n’envisageront pas d’effectuer un travail fond tel celui d’un chasseurs immobiliers alors qu’ils en ont le temps puisque leur téléphone reste silencieux ?


Notre acquéreur est comme tout le monde, ce qui l’intéresse c’est lui, pas la vie difficile d’un négociateur expéditif en pleine crise existentielle.


Il est comme la majorité des clients dont le désir inavoué est : « intéressez vous à moi , rien qu’à moi, il n’y a que cela qui m’intéresse…»


Sourions et affichons notre tempérament de gagnant, soyons sûrs de nous :


Nous devons être persuadés que nous sommes les seuls à pouvoir résoudre son problème (trouver le meilleur bien au meilleur prix). Communiquons lui cette certitude et il finira par y croire. A ce stade nous aurons effectué le plus important dans le processus de vente : persuader notre client que nous sommes sa solution.


Dans tous les cas, sachez qu’en période de crise l’action crée l’action alors que l’inaction amplifie la récession.


Bonnes vacances à tous ceux qui partent !


Source : mandataire-immo.fr




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com