Loading...

Actualités des mandataires en immobilier et de leurs réseaux

Résultat de la recherche pour le tag : "poussins"

C'est la fin d'une longue bataille parlementaire... et peut-être la sortie du brouillard, pour les auto-entrepreneurs, ou les candidats à ce statut qui a séduit près d'un million de personnes en cinq ans. C'est donc ce soir que les députés et les sénateurs votent, en commission mixte paritaire, sur le nouveau statut d'auto-entrepreneur. On remet tout à plat et on essaie d'y voir clair.


Finalement, beaucoup de bruit pour rien avec ce débat.


Les plafonds de chiffre d'affaires ne sont finalement pas abaissés. Ils restent de 32.600 euros pour les prestations de service et 82.000 euros pour l'achat/revente. Sur les impôts et les charges, le principe est le même, mais les taux ont changé.


Bravo aux auto entrepreneurs !

Communiqué des poussins du 6 septembre


De plus en plus de responsables politiques remettent en cause la réforme voulue par la ministre Sylvia Pinel et qui tuerait dans l’œuf des milliers de projets d'auto-entrepreneurs. Le Sénateur Philippe Kaltenbach vient ainsi d'indiquer dans la presse que "la réforme, ce n'est pas pour demain"!


Si ces signes sont encourageants, nous ne devons pas baisser la garde. Aussi, nous vous proposons aujourd'hui une nouvelle action pour faire résonner les voix des Poussins.


À ce jour, le gouvernement n'a pas réalisé d'étude sur les effets que pourrait avoir la réforme de Sylvia Pinel sur l'activité des auto-entrepreneurs en France. À nous de leur fournir des données à partir de la diversité de nos situations et expériences.


Pour collecter ces données, pourriez-vous répondre en quelques minutes à un sondage que nous avons préparé? Ensuite, faites le suivre à vos proches et amis, auto-entrepreneurs ou connaissant des auto-entrepreneurs.


Plus nous serons nombreux à répondre à ce sondage, plus les réponses auront de poids. Dans une semaine, nous publierons les résultats dans la presse et les adresserons au gouvernement. 

Cliquez ici pour répondre au sondage des Poussins

Article publié sur http://www.france24.com

Info-Mandataire soutien aussi les poussins !

 

Des auto-entrepreneurs, regroupés dans le collectif les "Poussins", s'opposent à un projet de réforme de leur statut. À l'instar du mouvement des "Pigeons" sur la fiscalité des entreprises, ils espèrent faire reculer le gouvernement.


Les "Poussins" seront-ils aussi efficaces que les "Pigeons", ce mouvement de chefs d'entreprises qui avait obtenu, en octobre 2012, grâce à une virulente campagne sur le Net, que le gouvernement édulcore son projet de réforme sur la fiscalité des entreprises ?

Cette fois, ce sont des auto-entrepreneurs qui ont mis en place un collectif d'e-volatiles pour s'opposer à un projet de réforme de leur statut. Ils sont opposés au principe d'une limitation dans le temps de leur régime juridique tel qu'il a été proposé par la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, le 23 mai. Cette dernière voudrait qu'après une période de un à cinq ans, l'auto-entrepreneur soit incité à créer une entreprise "plus classique", pérenne et créatrice d'emplois.

Une idée qui, depuis plusieurs jours, hérisse les plumes de l'Union des auto-entrepreneurs (UAE) et de la Fédération des auto-entrepreneurs (Fedae), autoproclamés "Poussins". Leur fronde a d'ores et déjà réussi à créer un flottement certain dans le discours gouvernemental.


Le bâtiment, seul secteur concerné ?

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a, ainsi, en partie désavoué sa ministre lors d'un déplacement en Ardèche vendredi 31 mai. Il a souligné que le nouveau régime serait limité dans le secteur du bâtiment, car les auto-entrepreneurs y feraient une concurrence "qui peut s'avérer inacceptable" aux artisans. Pour les autres, "il faut qu'ils soient rassurés, qu'ils soient sécurisés, c'est le message que j'annonce. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir", a-t-il affirmé.

Une mise au point qui n'a pas suffi à Sylvia Pinel. La ministre a en effet répété, dimanche, à l'agence de presse française AFP, que son projet ne s'appliquerait pas uniquement au bâtiment. Elle a cité d'autres exemples, comme la coiffure ou la "réparation automobile", en précisant que la liste n'était pas exhaustive.

Un nouveau différend au sein de l'équipe gouvernementale ? Pierre Moscovici, ministre de l'Économie, a tenté de siffler la fin des divergences, ce lundi, en assurant qu'il "n'y pas de cacophonie". Pour lui, "les arbitrages seront rendus par le Premier ministre dans la deuxième partie du mois de juin".






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor