Loading...

Actualités des mandataires en immobilier et de leurs réseaux

Résultat de la recherche pour le tag : "suivi acquéreur"
Avec notre partenaire mandataire-immo.fr, nous vous proposons cet article.


Sortir de chez le notaire en compagnie d’acquéreurs et de vendeurs après la signature d’un compromis est généralement un moment très agréable.


Il n’en reste pas moins que ce moment d’euphorie où l’on pourra même inviter vendeurs et acquéreurs à marquer cet événement autour d’un verre au café du coin, sera suivi d’une période d’angoisse et de doutes.


Malgré la qualité du travail que nous avons pu faire en amont, cette période d’incertitude est pratiquement inévitable aussi bien pour :


Les acquéreurs :


Avons-nous fait le bon choix ?

Avons-nous raison de nous engager  pour 10-15 ou 20 ans de crédit ?

L’acquéreur ne nous a-t-il rien caché ?

Le prix d’acquisition est-il le bon ?

Il ne nous reste plus que 7 ou 14 jours (selon le cas) pour faire marche arrière…


que pour les vendeurs :


Les acquéreurs vont-ils aller jusqu’au bout ?

Vont-ils obtenir leur crédit ?

Ne vont-ils pas exercer leur droit à rétractation de la loi SRU ?

A-t-on vendu au juste prix et pas en dessous du prix du marché ?

Pouvons-nous nous engager sur un autre achat ?


Autant de questions légitimes et angoissantes que nous, professionnels, devons tenter de tempérer.


Rassurer et accompagner devront être les objectifs de l’après-compromis.


Quelques pistes :


Objectif 1  : Maintenir nos acquéreurs dans leur dynamique d’achat,

Copie du compromis en main au sortir de chez le notaire, nous les inciterons à finaliser rapidement (voire même avant que le délai de rétractation soit purgé) leur demande de financement en allant déposer au plus tôt les derniers documents manquants auprès de leur établissement de crédit.


Nous pouvons, si la signature s’est bien déroulée et que le courant entre acquéreurs et vendeurs est bien passé, leur dire que nous sommes heureux de voir que cette vente se déroule entre personnes sympathiques et que chacun respectant ses engagements tout se déroulera dans les délais fixés et les meilleures conditions.


Si le montant de l’offre d’achat acceptée par les vendeurs était inférieure au prix affiché, nous les féliciterons pour leur négociation qui fait de leur acquisition une véritable opportunité.


Nous leur rappellerons de fournir l’attestation de dépôt de dossier de financement dans les délais prévus au compromis afin d’éviter de voir le compromis annulé, et de contacter régulièrement le ou les établissements financiers chargé(s) de leur financement afin que nous puissions tenir informé les vendeurs de l’avancement de leur dossier.


Objectif 2  : Rassurer les vendeurs sur l’aboutissement de la vente…


- en leur rappelant qu’il existait un accord de principe de la banque concernant le financement des acquéreurs  (personnellement je n’engage aucun vendeur sur un compromis sans ce fameux accord de principe)  et que par conséquent le risque d’un refus de prêt est très limité.


- Idem que pour nos acquéreurs, en insistant sur le fait que la bonne entente entre les deux parties est une bonne chose comme celle de savoir que son bien ira à des personnes sympathiques plutôt qu’à des gens avec qui l’on est en conflit.


- en les engageant à se mettre en quête (si ce n’est déjà fait) d’une location ou de s’engager à leur tour sur un compromis en précisant bien de rajouter en clause suspensive la conclusion de leur vente.


Le jour J : signature de l’acte authentique


État des lieux, 24 h ou quelques heures avant le rendez-vous chez le notaire :

Tous les professionnels ne pratique pas l’état des lieux. C’est pourtant pour moi un moment très important qui évite certaines déconvenues voire certaines procédures. Au lendemain du compromis acquéreurs et vendeurs ont été avertis qu’un état des lieux aurait lieu et ce pour deux raisons : afin de rassurer les acquéreurs et d’éviter toute tentation de substitution ou d’abandon de la part des vendeurs.


Exemples vécus : remplacement de portes en chêne par des portes isoplane, de poignées en porcelaine par des poignées bas de gamme, arrachement d’étagères ou déménagement de meubles laissant place à des trous énormes, remplacement ou disparition d’appareils ménagers (si des biens d’équipement ont été listés et joints au compromis)… Le simple fait de prévenir les vendeurs de cet état des lieux et de la possibilité pour les acquéreurs en cas de différend de demander la mise sous séquestre d’une partie du montant de la vente, limite considérablement ce genre de pratique et évite bien des déconvenues .


On profitera également de cet état des lieux pour faire le relevé des compteurs eau, EDF, gaz… et pour vérifier que rien n’ait été oublié (involontairement ou volontairement) à l’intérieur de la maison ou de l’appartement (y compris dans les caves, grenier et sous-sol)  car,  dès la signature de l’acte authentique, tout ce qui pourrait rester deviendrait propriété des acquéreurs qui pour autant ne sont pas obligés de l’accepter (exemple : le cas d’encombrants).


Pris dans l’engrenage de notre métier, où visites, prises de mandats, tâches administratives, phoning, s’enchainent, nous oublions souvent ces choses élémentaires qui font toute la différence et surtout nous ouvre l’avenue, pour ne pas dire : « le boulevard de la recommandation ». Vos acquéreurs n’hésiteront pas à dire : nous avons acheté avec… Tout comme vont vendeurs : nous avons vendu grâce…


Source mandataire-immo.fr




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com




Toute la Franchise partenaire d'Immobilier 2.0


Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor

Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com