Loading...

Actualités des mandataires en immobilier et de leurs réseaux

Depuis quelques jours, la Fnaim, Century 21 et Guy Hoquet laissent circuler des informations concernant l'éventuelle création d'un portail immobilier reprenant leurs annonces. Compte tenu de l'hégémonie toujours plus grande des deux leaders LeBonCoin et SeLoger, personne n'est dupe, le projet est surtout de faire plier ces deux portails pour que les tarifs de diffusion des annonces soient revus à la baisse. Mais si les initiateurs de ce projet devaient aller plus loin, ils ne

devront se souvenir de précédents projets identiques qui se sont soldés par... des échecs.


Dans d'autres pays ou secteurs d'activité, comme l'automobile, le constat est le même : difficile de faire collaborer des concurrents dont les intérêts sont différents, parfois même opposés. Les réseaux de mandataires sont très placés pour le savoir : le règlement interne du fichier commun des agences (AMEPI) leur interdit, de fait, l'adhésion à cette organisation et ils sont encore ouvertement et injustement critiqués par certains dirigeants de réseaux d'agences. Dans ce contexte, comment imaginer que les annonces des réseaux de mandataires soient diffusées sur ce portail ?

Peut-on se passer d'un "tiers de confiance" qui trancherait en cas de conflit ?


Au début des années 2000, plusieurs réseaux ont connu un échec retentissant avec un projet similaire, échec qui a aussi renforcé la division en deux fichiers communs nationaux... Un non-sens total que la profession a mis 10 ans à résoudre.


Même motif, même punition !

Si un portail immobilier devait se créer sans les réseaux de mandataires, un deuxième portail avec les annonces de ces derniers risquerait de voir le jour. Au regard de la croissance des parts de marché des mandataires, la profession sera, une fois de plus, divisée en deux camps. L'anarchie ainsi créée serait alors le terreau idéal pour renforcer le marché du PAP et... la position de dominante de SeLoger et du BonCoin.


L'ensemble des professionnels doivent être unis, les réseaux de mandataires sont une réalité, ils doivent (enfin) être pris en compte par les autres acteurs de la profession : réseaux d'agences, syndicats professionnels, CNTGI. En effet, au même titre que l'exclusion des réseaux de mandataires dans les discussions du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI), l'exclusion d'un projet de portail des réseaux de mandataires serait une grave erreur, lourde de conséquences pour l'ensemble de la profession. Malgré la période de l'année, souhaitons que les réseaux ne croient pas (trop) au Père Noël et qu'ils reviennent rapidement au rationnel !

CG

Enfin un reportage qui ne présente pas les mandataires comme des dangers potentiels mais comme une opportunité !


Même si le % de commission inférieure aux agences n'est pas la meilleure présentation de l'activité, même si la nouvelle formation ALLUR est oubliée, même si les agences ne forment pas plus, même si rédiger un compromis avec un notaire est plus sécurisant qu'avec un agent immobilier ...


Pour la première fois, la centralisation administrative des réseaux de mandataires n'est pas présentée comme un risque, mais comme un avantage pour le client. Pour la première fois, le statut d'indépendant ou le travail avec des apporteurs n'est pas présenté comme scandaleux.... les mentalités évoluent!


Bravo à l'attaché de presse d'I@D, beau travail ;-)... belle succès story !


Voir le reportage

Avec notre partenaire mandataire-immo.fr, nous vous proposons cet article.


Beaucoup de nos vendeurs sont des doux rêveurs. Ils ne manquent jamais l’occasion de nous citer l’exemple d’une de leurs connaissances, d’un voisin, ou de l’ami d’un ami ayant vendu son bien en quelques jours seulement. 


Voici le discours que je tiens dans ce genre de situation : - «Comme beaucoup de professionnels il m’est arrivé de vendre un appartement ou une maison en quelques jours seulement. Je vais vous expliquer les conditions les plus fréquentes de ce type de vente. Je les appelle LES TROIS COUPS.  


Voyons si l’un d’entre eux correspond à votre situation.

Pour qu’un bien se vende de manière fulgurante il faut qu’aux yeux des acquéreurs il représente soit 


"Un coup de fusil" :

  • Nous allons mettre votre bien en vente à un prix largement au-dessous de sa valeur. Je vous garantis qu’un investisseur à l’affût nous contactera très rapidement. Son offre sera certainement encore au-dessous de ce prix. En restant ferme et en négociant durement il acceptera peut-être une contre-offre pas trop éloignée de notre prix de départ.

Question 1
 :
  êtes-vous prêt à perdre de l’argent en vendant votre bien au-dessous du prix du marché ? 


"Un coup de chance" :

  • Un des enfants de votre voisin cherche à s’installer non loin de ses parents. Cela fait des années qu’il consulte les biens à vendre dans le secteur. Ses parents l’informent que vous vendez. Il nous contactera rapidement.
ou bien encore :
  • Pour son travail, une personne récemment mutée non loin d’ici cherche à acheter à proximité. Elle consulte régulièrement les petites annonces et scrute les façades à la recherche de panneaux « A VENDRE »
Comme cet acquéreur vous êtes chanceux et surtout en position de force  : votre prix(raisonnable tout de même) sera le sien.  Votre  acquéreur craint qu’une telle opportunité mette des années avant de se représenter. Ce profil d’acquéreur est assidu dans sa recherche et très réactif. Il se présentera dans les tous premiers jours suivant la mise en vente. Si tel n’est pas le cas ne comptez pas trop sur une telle opportunité. 


Question 2 : Si cette situation ne se présente pas rapidement, êtes-vous prêt à attendre plusieurs mois voire plusieurs années avant que les enfants d’un de vos voisins soient prêts à acheter dans ce secteur ou qu’une personne soit mutée dans les environs et ait les moyens d’acheter votre appartement ? 


"Le coup de cœur" (mon préféré)

  • Votre bien est récent, moderne, lumineux et sans aucun travaux à réaliser. Vous avez suivi nos recommandations de dépersonnalisation et tous nos autres conseils de mise en valeur.
Nous pouvons peut-être nous attendre à ce qu’un acquéreur ait un véritable coup de cœur. Dans ce cas nous serons rapidement fixés, ce genre de situation est effectivement perceptible dès les premières visites. Évidemment tous les visiteurs ne feront pas une offre pour des raisons d’emplacement, de budget ou autres, mais en général ils ne seront pas avares de compliments, ça sera là, pour nous, une indication qui confirmera que votre bien est « tendance » et éligible au coup de cœur. 


Question 3 : Votre bien remplit-il les conditions d’un bien « coup de cœur », êtes-vous prêt à réaliser des travaux et investir pour le rendre tendance ? » 


En général je récolte sans ambiguïté trois non à mes questions. - «Heureusement pour nous, il existe une quatrième solution : VENDRE VOTRE BIEN A SA JUSTE VALEUR. C’est la manière la plus sûre de vendre un bien immobilier dans les meilleurs conditions et dans un délai raisonnable».


Source : mandataire-immo.fr

Avec notre partenaire mandataire-immo.fr, nous vous proposons cet article.

Nous sommes de toute évidence sur un marché de l’immobilier assez tendu, voire figé. Beaucoup d’indicateurs sont au rouge et les différents acteurs économiques du secteur ne se privent pas d’en alerter les politiques au travers des médias.


Dans cette situation, nous, négociateurs, devons faire face à :


- Premièrement, l’allongement du délai de vente, entrainant de fait à plus ou moins long terme une baisse des prix (certains départements plus que d’autres ont déjà été touchés par ce phénomène).


- Deuxièmement, devoir convaincre nos vendeurs de cette situation. Tâche difficile, car avant d’accepter la réalité du marché, nos interlocuteurs considèrent souvent l’augmentation de la durée de vente de leur bien comme étant imputable au seul manque de compétences du professionnel.
 

Afin d’éviter cet amalgame, il est important de faire comprendre à nos vendeurs en quoi consiste ce que j’appelle : le déséquilibre.
 

Constat : Personnellement je reçois pratiquement autant de demandes, aujourd’hui que l’année passée de la part de prospects acquéreurs désirant visiter ou obtenir des renseignements sur tel ou tel bien. A contrario beaucoup moins d’offres sérieuses et bien plus de fantaisistes.
 

Mon analyse :


Bien que les taux d’emprunts n’aient jamais été aussi bas, nous sommes sur un marché attentiste. Le désir d’acheter reste bien présent en France mais sauter le pas dans la situation économique actuelle fait très peur. Cette peur est largement entretenue par des annonces relayées par les médias depuis plusieurs années : le marché est trop haut, il va baisser, les prix de l’immobilier vont chuter, la bulle immobilière …qu’en déduisent les acquéreurs ?


Continuons de visiter, accrochons-nous à notre rêve de devenir propriétaire, mais ATTENDONS !!!


Dans cette situation, quelle attitude adopter face à nos vendeurs ?


- Dialoguer et leur faire comprendre que :

  • Sur un marché tendu où les acquéreurs réellement prêts à franchir le pas sont certainement moins nombreux que le nombre de biens à vendre il est impératif d’afficher un prix de vente compétitif.
     
  • Quand le marché évolue, il faut savoir s’adapter et cela passe souvent par une baisse de prix
     
  • La bataille est plus dure lorsque le marché est en défaveur des vendeurs. Les acquéreurs qui voudraient acheter un bien ont le choix. Ils se tournent vers la meilleure offre, en rapport qualité/prix.
     

- Leur bien offre t-il un bon ratio qualité/prix ?


Les biens qui seront les biens les moins affectés seront ceux en bon état et/ou présentant des caractéristiques rares et recherchées : surfaces, emplacement, prestations, annexes, environnement, rendement locatif…
Ne pas être objectif et refuser de prendre en compte la présence ou non des plus et des moins de son bien pour établir son prix de vente, c’est s’exposer à une vente qui risque de s’éterniser


- Soyons attentifs et invitons nos vendeurs à l’être :


Comme tout bon professionnel vous connaissez les prix pratiqués sur votre secteur et vous aurez certainement consulté les petites annonces locales avant de communiquer votre avis de valeur à votre vendeur. Engagez votre vendeur à consulter régulièrement les sites les plus représentatifs afin qu’il puisse constater de visu les nouveaux biens mis sur le marché, ceux qui sont directement en concurrence avec le sien et les baisses de prix régulièrement pratiquées.

Source : Mandataire-Immo

On l'attendait, le décret d'application relatif à la formation continue des professionnels de l'immobilier est (enfin) paru le 18 Février.


Pas de surprise concernant les professionnels concernés par cette formation : titulaires de la carte professionnelle, directeur d'établissement ou de succursale, les conseillers salariés ou mandataires indépendants. De même, le contenu des formations est à l'image de ce qui était attendu : domaines juridique, économique, commercial, déontologie (minimum 2H tous les 3 ans), domaines techniques relatifs à la construction, l'habitation, l'urbanisme, la transition énergétique. 


Ces formations seront délivrées par des organismes de formation agréés, à noter que la participation aux colloques professionnels pourra être prise en compte dans le nombre d'heures obligatoires mais avec un plafond de 2H, pour ce qui concerne l'e-learning ce sera 3 heures maximum dans les 14. Par contre, rien sur une formation initiale obligatoire, dommage, mais c'est un début intéressant.


Nous ne sommes pas dans l'urgence, les cartes professionnelles et attestations feront l'objet d'un contrôle lors de de leurs renouvellements. Pour les 3 premières années, les titulaires de carte professionnelle ou attestation expirant :


- entre le 1er avril 2016 et le 31 décembre 2016 ne sont pas tenus de justifier de l'accomplissement de leur obligation de formation continue ;

- entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2017 justifient d'activités de formation continue d'une durée minimale de quatorze heures ;

- entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2018 justifient d'activités de formation continue d'une durée minimale de vingt-huit heures.


En savoir plus

La CNASIM a déposé, le 26 septembre 2014, auprès du Conseil d’Etat, une REQUÊTE EN ANNULATION de l’arrêté, du 28 juillet 2014, portant nomination des membres composant le Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI). Car la CNASIM, Syndicat professionnel, représentant les 38 000 Agents Commerciaux de l’immobilier, Membre de l’UNAPL - Union Nationale des Professions Libérales, est privée de siéger au CNTGI !!!

 

Par cette action, le Président de la CNASIM, Bruno GARREAU, relance à nouveau une campagne nationale de pétition sur www.cnasim.fr pour défendre les Agents Commerciaux de l'immobilier et leur représentation, ce qui fait suite aux "Expressions Libres de l'immobilier" en juin 2011, qui avaient vues la CNASIM aux côtés de la FFMC-CFE-CGC, par l'intermédiaire du Président Jean-Philippe GUILLARD et du Président Bernard VAN CRAEYNEST, dénoncer le "livre blanc" de la FNAIM et UNIS, qui au sein du aujourd'hui se voient porter respectivement 3 et 2 voix, soient déjà 5, auxquelles viennent s'ajouter les 2 voix du SNPI, pour un total de 7 voix, face à seulement 5 voix des associations de consommateurs, auxquelles viennent s'ajouter la voix du Président Bernard VORMS, sans aucun siège pour la représentation des Agents Commerciaux de l'immobilier !
 

Voilà une bien étrange manière de faire respecter l'égalité dans notre république, mais comme le déclarait Monsieur René PALLINCOURT (ex Président FNAIM) aux côtés de Monsieur Serge IVARS (ex Président UNIS), à l'époque du Livre Blanc, lors de leur interview vidéo : "Ce que nous voulons, c'est imposer à toute la profession ...La mise en place de cette Commission de Contrôle réitérée lors du discours, de Mme Sylvia PINEL, le 9 0ctobre 2014, au congrès de l’UNIS.

 

Les 38 000 Agents Commerciaux de l’immobilier, professionnels négociateurs libéraux et, acteurs incontournables du paysage de la transaction immobilière, sont donc totalement absents. Et pourtant, ils sont plus nombreux que les Agents immobiliers qui les mandatent afin d’effectuer les missions de prospection et de négociation : 38 000 Agents Commerciaux contre 30 000 Agents immobiliers qui sont des commerçants.

 

Cette « commission de contrôle » ayant la « capacité de statuer pour imposer » des «sanctions disciplinaires, compte tenu de la gravité des faits reprochés » pouvant aller de « l’avertissement, blâme, interdiction temporaire d’exercer tout ou partie des activités mentionnées à l’article 1, interdiction définitive d’exercer » Le négociateur immobilier - Agent Commercial pourra donc, être soumis, et sanctionné, sans avoir, pu être, au préalable, représenté.

 

La CNASIM ne peut pas laisser les Agents immobiliers décider, seuls, de l’avenir des Agents Commerciaux de l’immobilier et devenir un véritable "Ordre de l’Immobilier", quand on sait que Le CNTGI a également pour mission de proposer les personnes : " qui siègent dans la commission de contrôle mentionnée à l’article 13-5 (de la loi HOGUET, modifiée par la loi ALUR)".

Lire le communiqué de presse

Rédaction Info-Mandataire Oct 15 '14 · Commentaires : 2 · Tags : cnasim, cntgi, allur

Depuis quelques années dans l'immobilier, Antoine Nerrière a connu différents statuts : Auto-entrepreneur, agent commercial avant d'opter pour le portage salarial. La simplification administrative et la sécurité procurée par ce statut l'ont motivé à faire ce choix.


- En savoir plus sur FCI immobilier


- Participer aux réunions d’information gratuites organisées sur les différents statuts du négociateur

- La chaîne Youtube FCI

- Le site internet de FCI

Rédaction Info-Mandataire Jui 8 · Commentaires : 2 · Tags : fci immobilier, portage salarial

Avec une croissance du CA de 300% par rapport à 2014 en PACA, notamment sur le 06, Sextant démontre que le management de proximité porte ses fruits. En effet, depuis deux ans Martine Berrous exerce une double activité : Mandataire et Animatrice. Elle fait ainsi bénéficier de son expérience (Cadre dans la distribution et 4 années en agence immobilière) à l'ensemble des mandataires Sextant de la région.

Pour Sextant en 2015 les ventes sur les Alpes-Maritimes ont variées entre 115.000€ à 875.000€, ce qui confirme le positionnement généraliste avec la clientèle française et moyen/haut de gamme avec la clientèle internationale. Martine Berrous explique les avantages de cette organisation pour les mandataires immobilier avec qui elle travaille et ses missions d'animation.

Voir toutes les vidéos info-Mandataire
Sélectionné

Le parc naturel régionaldu Vexin se situe au nord ouest de l’Île-de-France. Il est délimité par la Seine au Sud, l’Oise à l’Est, l’Epte à l’Ouest, et la Troësne et l’Esches au nord. Il s’étend sur environ 7 hectares de verdure et côtoie une centaine de communes du Val d’Oise et des Yvelines offrant ainsi des paysages riches et divers et un patrimoine architectural impressionnant.


La Vallée :
Le Vexin domine d’une centaine de mètres la région, marquée par une activité agricole très développée où prédominent les cultures de blé, d’orge et de colza. Le plateau du Vexin, entaillé de vallées aux profils contrastés, offre des paysages verdoyants étonnants. Les buttes d’Arthies, de Rosne et de Marine enrichissent d’autant plus ses paysages, qu’elles apportent une touche boisée aux grandes plaines environnantes. On y trouve des sites d’intérêt national où divers habitats naturels et espèces protégées sont représentés.


La richesse de son patrimoine :
Son patrimoine architectural également très riche voit tous les styles architecturaux se côtoyer, témoins de différentes époques et occupations. L’architecture remarquable des châteaux, églises et grands domaines agricoles de la vallée se mêlent à la simplicité du paysage rural du Vexin parsemé de croix, moulins, fontaines et lavoirs. Cette richesse du patrimoine est aujourd’hui reconnue et valorisée, puisque chaque village du Vexin possède un ou plusieurs monuments protégés au titre des Monuments Historiques.


Conseiller immobilier Sextant France (réseau de mandataires immobilier), Guy Fourdrignier est passionné par l’immobilier et s’est spécialisé dans la région Île-de-France. Il a mis à votre disposition un catalogue de biens immobiliers dans le Vexin


Si vous êtes tenté par la vie à la campagne mais souhaitez garder une proximité avec la ville, n’hésitez pas à le contacter afin de discuter de votre projet immobilier.


Guy Fourdrignier

06 08 50 75 40

guy.fourdrignier@sextantfrance.fr

Sélectionné

En Juin 2013, François Hollande a décidé de mettre en place une nouvelle réforme afin de fluidifier le marché  immobilier en France, car le régime d’abattement fiscal qui avait été appliqué en 2011 incitait avant tout les propriétaires d’immeubles à conserver leur bien immobilier 15ans de plus pour ne pas payer d’impôts sur les plus values immobilières.


Ainsi, le gouvernement espère relancer les ventes de propriétés foncières en mettant en place un abattement de 25% sur les cessions réalisées entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014 et en  supprimant les abattements pratiqués sur les terrains à bâtir.

 

Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, a annoncé que la durée minimale de détention d’une résidence secondaire, au terme de laquelle s’applique une exonération d’impôts, va passer de 30 à 22 ans. C’est donc une bonne nouvelle pour les amoureux de la France, souhaitant acheter leur maison de vacances au sein de l’Hexagone.

 

Il est prévu que cette exonération se fasse de façon linéaire et dégressive puisqu’il s’agira d’un abattement à deux vitesses. L’exonération de l’impôt sur le revenu se fera au bout de 22 ans, tandis que celle appliquée sur les prélèvements sociaux prendra effet au bout de 30 ans.


Pour autant, cette nouvelle qui aurait du réjouir les acteurs du marché immobilier français a été accueillie de façon mitigée. Peu informés sur les modalités applicables dans le cadre de cette nouvelle réforme, ils estiment que le marché a besoin de plus de transparence et de simplicité pour bien fonctionner.


Source: Sextant France

Pages : 1 2 »






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor