Loading...

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)

Après la Colombie-Britannique, c’est au tour de l’Ontario de mettre en place une taxe de 15% sur les achats immobiliers par des résidents étrangers. Principale cible: les investisseurs asiatiques.

La province canadienne de l’Ontario a annoncé jeudi l’instauration d’une taxe de 15% sur tout achat de biens immobiliers par des ressortissants étrangers dans l’agglomération de Toronto, en proie à une flambée de l’immobilier. Comme l’avait fait l’été dernier la Colombie-Britannique (ouest) avec une taxe identique pour contrer la spéculation immobilière, alimentée par des investisseurs asiatiques, l’Ontario prend des mesures pour éviter l’éclatement de la bulle immobilière.

» Lire aussi - Investissement immobilier: le risque de bulle fait débat

Dans le cadre d’un «plan pour le logement équitable» comprenant 16 mesures, la province la plus peuplée du Canada va encadrer les loyers dont l’augmentation, en fonction du type de logement, sera plafonnée entre 1,5% et 2,5% par an. Avec son plan, le Premier ministre de l’Ontario Kathleen Wynne veut «encourager la construction de nouvelles maisons, décourager les spéculateurs et protéger les locataires pour qu’ils ne soient pas les victimes d’une économie en croissance».

«Avec cette taxe, nous visons des gens qui ne cherchent pas un endroit pour élever une famille; ils ne veulent faire qu’un bénéfice rapide ou (trouver) un endroit sûr pour placer leur argent», a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. Cet «impôt sur la spéculation» s’appliquera à compter du 21 avril aux «particuliers n’étant pas des citoyens ou des résidents permanents du Canada ou étant des sociétés étrangères». «Lorsque le prix moyen de revente d’une résidence grimpe de 33% en seulement 12 mois, vous savez que vous avez un problème», a déclaré Mme Wynne.

Le prix moyen d’une résidence dans l’agglomération de Toronto a augmenté de 33% en mars sur un an, à 916.567 dollars canadiens (631.646 euros), un prix hors de portée pour la plupart des habitants. Le loyer moyen a augmenté de 11% sur la même période, pendant que le taux d’inoccupation chutait à 1,3%, au plus bas depuis 12 ans.

Le gouvernement va aussi investir 125 millions de dollars sur cinq ans pour encourager la construction de nouveaux logements. Depuis l’entrée en vigueur en août de la taxe de 15% imposée en Colombie-Britannique, les prix des maisons familiales ont baissé en moyenne de 5% à Vancouver où le prix d’une maison familiale avait atteint un record de 1,5 million de dollars l’an dernier.

mur

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor






Toute la Franchise partenaire d'Info-Mandataire.com

Info-Mandataire.com partenaire d'Immodvisor