Loading...

Les prix indiqués ci-dessous proviennent du baromètre LPI-Se Loger.
Les prix indiqués ci-dessous proviennent du baromètre LPI-Se Loger. (©LPI-Se Loger)

À Nantes, le marché immobilier est en pleine effervescence ! Chaque année, l’arrivée de quelque 20 000 nouveaux Nantais pousse les prix des logements un peu plus vers le haut. D’après le baromètre LPI-SeLoger (1), le prix de l’immobilier dans l’ancien enregistre une hausse annuelle de 5,4 % et + 2,3 % sur le trimestre.

Dans son communiqué, l’association indique :

Force est de constater que la Cité des Ducs est en train de siphonner Paris de bon nombre de ses habitants, attirés par la perspective de pouvoir devenir propriétaires et de profiter d’un cadre de vie des plus agréables. Mais ce regain d’attractivité dont Nantes fait l’objet n’est pas sans fragiliser l’équilibre entre l’offre de logements et la demande. Celle-ci allant croissant, le marché se tend à l’extrême et le prix de l’immobilier nantais s’envole.

Jusqu’à 4 600 € du m2

Aujourd’hui, pour acheter un appartement ancien à Nantes, il vous en coûtera, en moyenne, 3 419 € du m² et dans des quartiers ultra-prisés comme Chantenay – Sainte-Anne, Saint-Donatien ou encore Saint-Félix, l’addition peut encore grimper.

« Dans ces secteurs, pour une maison rénovée, les prix peuvent aller jusqu’à 4 600 € du m², précise Mélanie Ansquer, mandataire immobilier à Nantes. Pour un appartement ancien dans le quartier Canclaux, il faudra compter entre 3 300 et 3 400 € du m² et aux alentours de 4 000 € si le bien est situé l’hyper-centre. » Pour parvenir à faire l’acquisition d’une maison à un prix qui reste abordable, certains secundo-accédants reportent d’ailleurs leur choix sur des communes avoisinantes, telles que Saint-Sébastien sur Loire.

La mandataire immobilier précise :

Dans l’hyper-centre nantais, le prix de l’immobilier neuf peut dépasser les 6 000 € du m² .

Un marché sous tension

Si le fameux Triangle d’Or nantais (entre la place Canclaux, le parc de Procé et la place du Général Mellinet) fait toujours le bonheur des amateurs (aisés !) d’hôtels particuliers cossus, les quartiers de la Butte Sainte-Anne et Chantenay ont le vent en poupe ! Si le premier est plutôt bourgeois, le second – jusqu’à la rue des Pavillons – est en phase avancée de boboïsation. « Il y règne une vraie vie de quartier. Les acheteurs apprécient énormément cet esprit village », indique Mélanie Ansquer.

Dans ces secteurs animés et familiaux, les maisons de ville disposant d’un jardin sont particulièrement convoitées. La demande pour ce type de biens dépassant largement l’offre disponible, les acheteurs doivent se montrer ultra-réactifs. « Il n’est pas rare qu’une maison se vende dans la journée et au prix », ajoute Mélanie. Une maison de 137 m², située rue Maurice Terrien, dans le quartier de Chantenay, a récemment trouvé preneur au prix (net vendeur) de 554 000 €.

(1) L’association Les Prix Immobiliers (LPI) a été créée fin 2009 pour développer un observatoire partenarial des ventes de logements anciens et neufs fournissant un outil de connaissance précis et de qualité des marchés. L’association regroupe déjà treize acteurs de référence du marché immobilier.

mur

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter


Ma Gestion Locative partenaire d'Iinfo-Mandataire.com
AlloDiagnostic partenaire d'Iinfo-Mandataire.com

Immobilier 2.0 partenaire d'Iinfo-Mandataire.com


Immodvisor partenaire d'Info-Mandataire.com


Ma Gestion Locative partenaire d'Iinfo-Mandataire.com
AlloDiagnostic partenaire d'Iinfo-Mandataire.com

Immobilier 2.0 partenaire d'Iinfo-Mandataire.com


Immodvisor partenaire d'Info-Mandataire.com