Loading...

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)

le - - Immobilier-TP-Bâtiment

Le marché de l'immobilier industriel, objet de toutes les attentions
Jacques Léone - Vue aérienne du Carré de Soie

Une fois n'est pas coutume, les débats et les échanges, générés lors de la conférence annuelle de la Fnaim Entreprises, ont été focalisés sur le marché de l'immobilier industriel.

Les sourires barrant les visages des divers protagonistes trahissaient une satisfaction générale. Du président de la Fnaim Entreprises du Rhône, Benoit de Fougeroux, aux quatre rapporteurs (Stéphan Poulat, Jean-Pascal Denys, Stéphane Bouiller, Patryck Piot) des chiffres 2018, tous ont souligné le bon bilan de l'immobilier d'entreprise sur le territoire, quel que soit le type d'actif : industriel, bureau, logistique et investissement. Une euphorie à même de porter le débat qui suivait cette restitution de statistiques et axé sur le thème « Le marché de l'immobilier industriel est-il toujours adapté aux besoins des utilisateurs ? »

Autour de la table, Pauline Siché-Dalibard, directrice générale de Bel Air Camp, Raoul Roth, PDG de Kingspan Light + Air (ex-Ecodis), Benoit Eckstein, associé fondateur d'Immasset, et Olivier Durif, membre de la Fnaim Entreprises. A leur côté, dans le costume de grand témoin, David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon. D'emblée, les intervenants ont mis en exergue Lyon, « bassin industriel majeur, comme en attestent les 450 000 m2 placés en locaux industriels », qui font de 2018, « un cru exceptionnel ». Si Pauline Siché a présenté le concept de « Bel Air Camp, véritable écosystème d'accueil de start-ups, offrant des surfaces d'une grande flexibilité (ndlr : de 20 à 800 m2) et des espaces sur-mesure afin de répondre aux évolutions et au développement de ces structures », Raoul Roth a exposé l'aventure Kingspan, passé de « 15 000 m2 à Chaponnay, avec des bâtiments éclatés et peu fonctionnels, à 30 000 m2 à Saint-Priest ». En narrant les écueils rencontrés lors de la réalisation des travaux nécessaires pour revitaliser cet ancien site Michelin consacré à l'époque à la logistique. Et d'évoquer la recherche du foncier idoine, dans un délai plus raisonnable que celui (de 24 à 30 mois !) constaté dans moult dossiers industriels. La problématique du foncier est prégnante.

« 24/30 mois, ce n'est pas admissible pour un industriel »

Pour Benoit Eckstein, « il est compliqué de dénicher un emplacement disponible de 5 000 m2 dans un délai acceptable. Clairement, aujourd'hui, l'immobilier guide le rythme du plan industriel. Ce devrait être l'inverse ! » Alors comment anticiper ? Tous s'accordent sur une préparation amont des dossiers, en informant qui de droit, à commencer par la Dreal. Si en logistique, certaines opérations sont lancées en blanc, cela demeure impossible pour les industriels, en raison des spécificités des sites et des activités. La solution ? « Lancer des opérations en gris », préconise Olivier Durif. Tout en agissant sur les stocks. « Certaines friches étant actuellement obsolètes donc inexploitables, il conviendra de les restructurer pour maintenir l'activité et l'emploi ».

Interpellé sur cette problématique du foncier, David Kimelfeld a dégainé l'argument PLU-H, « dont l'adoption aura des incidences positives, puisqu'il engendrera des opportunités et permettra de répondre aux besoins en grands fonciers ».



mur

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter


Ma Gestion Locative partenaire d'Iinfo-Mandataire.com
AlloDiagnostic partenaire d'Iinfo-Mandataire.com

Immobilier 2.0 partenaire d'Iinfo-Mandataire.com


Immodvisor partenaire d'Info-Mandataire.com


Ma Gestion Locative partenaire d'Iinfo-Mandataire.com
AlloDiagnostic partenaire d'Iinfo-Mandataire.com

Immobilier 2.0 partenaire d'Iinfo-Mandataire.com


Immodvisor partenaire d'Info-Mandataire.com