Loading...

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)

Dans une interview exclusive publiée la semaine dernière, Nicolas Verdillon, « managing director de l’investment properties » France chez CBRE parle, à propos du marché, d’une « bonne dynamique avec une offre plutôt composée d’actifs de gros volumes unitaires » et d’un marché « qui, hors facteur hexogène géopolitique lourd, devrait s’inscrire dans la lignée de celui de l’année dernière ».

Une analyse partagée par Vincent Bollaert, directeur du département investissement de Knight Frank France, qui fait valoir, à propos des résultats du 1er trimestre, que « les volumes investis n’ont pas encore décollé. Mais le contexte demeure favorable au compartiment immobilier et la forte présence des investisseurs étrangers, ainsi que le rôle moteur des grandes transactions laissent penser que le marché français devrait conserver une très bonne dynamique en 2019 ». La société de conseil constate que « les vents contraires soufflant sur l’économie mondiale (Brexit, tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine…) ne pèsent pas, pour l’instant, sur les performances du marché français de l’investissement ». Et « déjà observée l’an passé, la tendance des investisseurs à diversifier leur patrimoine et à chercher du rendement ne s’est pas, pour autant, démentie ». Ce qui fait dire à Vincent Bollaert, à propos des perspectives du marché : « encouragés par la résilience de l’économie française, la solidité du marché locatif et l’adaptation de l’immobilier aux nouveaux usages, les investisseurs se positionnent davantage sur des biens à valoriser et offrant des rendements potentiellement plus élevés ». Du coup, « si les volumes investis en 2019 devraient être moins élevés que l’an passé, les stratégies « core + » et « value added » pourraient, ainsi, compenser la rareté des actifs « prime » et contribuer au « soft landing » du marché français »…

mur

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter