Loading...

Noter

Votre note :
Total : (0 votes)
© fotomek / Fotolia

A l’issue des 3 premiers mois de 2019, le marché français des entrepôts de plus de 10 000 m² comptabilise 693 800 m² de demande placée, selon JLL. Cette performance place le début d’année 2019 comme le 3ème plus dynamique de la décennie après ceux de 2017 (824 000 m²) et 2016 (813 500 m²).

« Après une année 2017 placée sous le signe de tous les records et un exercice 2018 durant lequel le niveau d’activité n’aura eu de cesse de s’accroitre au fil des mois pour atteindre à son terme 3,2 millions de m², le marché logistique français est demeuré dynamique au 1er trimestre 2019. Ainsi, au regard de l’encours de transactions, nous pouvons nous montrer optimistes quant à la capacité de 2019 à constituer un bon millésime », commente Jean-Marie Guillet, directeur logistique JLL France.

L’analyse des résultats par tranche de surface témoigne de l’attractivité demeurante de l’entrepôt XXL (supérieur à 40 000 m²) et cela en particulier pour les entreprises spécialisées dans la distribution puisqu’elles sont impliquées dans 3 des 4 transactions XXL enregistrées en ce début d’année. Lidl va par exemple se faire construire un complexe de 52 300 m² dans la commune de Carquefou.

De son coté, But International a pris à bail un entrepôt de 49 300 m² sur la commune de Mer. Également prisés, les entrepôts de 20 000 à 40 000 m² représentent près d’un quart des signatures. Enfin, le nombre de transactions pour des entrepôts de taille moyenne (10 000 – 20 000 m²) est en nette progression d’une année sur l’autre (+46 %). Marchés de la dorsale et marchés secondaires atteignent la parité absolue tant en nombre de transactions qu’en volume de mètres carrés placés. Cependant, trois des cinq plus gosses transactions se sont signées en dehors de la dorsale. La région parisienne, captant 27 % de la demande placés, conserve son titre de région la plus attractive de France. Portée par la plus grande transaction du trimestre (le compte propre d’Easydis sur la commune de Corbas pour 73 000 m²), le marché lyonnais se positionne en seconde position et représente 16 % des commercialisations. Il est suivi du marché Lillois qui en représente 7 %. La région marseillaise est pour l’heure vierge de toute transaction.

mur

Aucun commentaire
Vous devez vous connecter pour commenter